Yoann Exbrayat : << On garde les mêmes ambitions >>

Malgré une année compliquée sur le plan organisationnel en raison du covid 19, Yoann Exbrayat, entraîneur principal de Lyon Natation Métropole, maintient de grosses ambitions pour son groupe pour cette fin d’année 2020 et surtout, pour l’année olympique qui se profile !

Bonjour Yoann, on traverse une période compliquée pour tous les sportifs, comment avez-vous géré ça jusque-là ? 
C’est une année particulière, il a fallu jongler entre différentes méthodes. Dans un premier temps, tout le monde était à l’arrêt. Il fallait déjà dans un premier temps que je garde le moral, car pour être stimulant il faut être stimulé. Je me suis donc lancé sur quelques projets et j’ai surtout fait en sorte de maintenir un lien social fort avec eux tout en leur proposant des activités. C’était tout de même très long. Avec Basile, notre préparateur physique, il fallait trouver diverses activités afin de maintenir une cohésion de groupe forte. Aujourd’hui, le confinement est totalement différent, plusieurs de mes nageurs peuvent nager et ça change la donne, l’approche n’est pas la même. Ils sont dans l’ensemble dans de très bonnes conditions pour pratiquer leur sport. Pour les autres, on est dans l’attente, ils font de la préparation physique générale en espérant qu’il y est une évolution positive en termes de décision.
 
Surtout que la fin d’année est tout de même relevée en termes de compétition ! 
Oui il y a les championnats de France dans moins d’un mois, si ces derniers sont maintenus bien entendu et on enchaîne avec un meeting national. La grande majorité de l’équipe sera présente aux championnats de France, prête à en découdre. Ensuite, il y a le meeting une semaine plus tard, compétition sur laquelle l’ensemble de l’équipe sera présente. Cela nous permet de travailler dans une dynamique similaire avec des objectifs personnels et d’équipes à la même période. Tout le monde avance dans la même direction. 
 
Vous sentez que votre groupe se tire vers le haut ? 
Complètement. Tout le monde essaye de faire le maximum pour soutenir l’autre et d’apporter l’aide nécessaire pour maintenir un lien et passer un cap, ce qui est primordial dans une période comme celle-ci.  C’est vraiment très intéressant à observer, nous pratiquons un sport individuel, il n’est jamais évident de voir apparaître ce genre de comportement et c’est là qu’on perçoit vraiment l’importance d’un groupe.
L’année en cours est une année particulière entre les jeux olympiques qui arrivent et la situation sportive du moment…
Bien sûr, sur le plan sportif, il s’agit d’une saison particulière ! Une année olympique, ça change forcément une optique. Toute crise est une opportunité. Beaucoup de sportifs, de nageurs, sont en difficulté pour s’entraîner, pour certains psychologiquement cela peut paraître beaucoup plus dur. On doit tirer notre épingle du jeu et se préparer pour les échéances. Il faut simplement qu’on arrive à tirer le positif de chaque difficulté. On est comme les autres, on a perdu du temps en termes de prépa avec les fermetures des piscines, avec des conditions d’entraînements plus précaire, mais on reste dans la course !.On travaille pour. Certains seront déjà solides en décembre, mais je crois vraiment que l’équipe peut arriver très fort en juin, on travaille mieux que l’an passé et encore mieux que l’année d’avant, alors on va garder les mêmes ambitions.