Jacques Tuset, d’aventures en aventures 

 
             Nageur-aventurier reconnu dans le milieu de l’eau libre, Jacques Tuset est réputé pour ses grandes traversées et ses évasions au sein de cadres idylliques et historiques. Son appétit insatiable a été stoppé net cette année par la crise sanitaire qui ravage le monde, mais il se projette déjà sur les futurs échéances qu’il a planifié, pour une année 2021 qu’on espère plus prolifique !

 
Bonjour Jacques, Comment avez-vous organisé votre année 2020 en terme de challenges et de traversées ? 
 
 
 
C’était difficile de s’organiser ! Beaucoup d’évasions et de traversées ont été annulées, je n’ai rien réalisé de nouveau. C’est une année morte si je peux me permettre. J’ai tout de même pu refaire Château d’If – Marseille et la traversée de Cordouan – Royan, elles représentent les deux touches positives de cette année. 
 
 
Si on compare aux années précédentes alors ? 
 
 
 
Il n’y a rien à voir (Rire) ! En général je réalise déjà quatre évasions durant l’été et j’en suis à 33 en tout depuis 7 ans. Chaque année cela représente presque 6 évasions par an. C’est du temps, de l’investissement de préparer des traversées.
 
 
Justement, comment prépare-t-on une évasion ? 
 
 
 
On commence bien sûr par un peu de prospection. J’ai une bucket list pré-définie des sites et des lieux que j’aimerai rallier à la nage. J’analyse ce que je peux organiser en une année et je fais un mixte de destinations lointaines et proches. Tout dépend également du financement, car c’est mes fonds propres. Au début il a fallu investir, aujourd’hui, les choses ont changé, j’ai une certaine réputation, j’ai du soutien matériel, technique et des gens qui m’accompagnent. En plus, je fais ça au profit d’une association, France Choroïdérémie, il y a tout de même un objectif humanitaire. On voyage beaucoup, on fait de grandes choses, mais il y a un côté humain extrêmement présent et qui me tient à coeur. Quand je suis parti à New York l’an passé pour deux évasions, j’ai une amie quim’a tout organisé au niveau logistique.Entre nageurs il y a un vrai soutien, une réelle entraide, un peu comme dans l’esprit Nage Libre®.

 

 
Vous avez réalisé des traversées et des évasions incroyables, mais lesquelles vous ont le plus marqué à ce jour ? 
 
 
 
C’est difficile de choisir (Rire), elles ont toutes quelque chose de particulier ! Si vraiment je devais en retenir que quelques unes je dirais, Alcatraz, Robben Island, Château D’If, les îles du salut et le traversée de Gorée – Dakar. C’est un tout en fait, l’organisation, les gens, le patrimoine naturel…Ce sont des lieux où il y a une histoire, une âme très forte. Les gens qui sont sur place, qui te voient nager et rallier ces lieux, ils t’encouragent, ils t’envient même tu passes vraiment des moments magnifiques. Je suis qu’à la moitié de ma carrière d’aventurier, j’aimerai réaliser encore une trentaine d’évasions, tant que les bras pourront tourner, on continuera !