Ice swimming – Portrait de Marion Joffle

© Jerôme Kornprobst

Les premiers championnats de France de nage hivernale se sont tenus à Vichy le premier week-end de février. Chez les dames, la star de la discipline se nomme Marion Joffle.

Tous les résultats de ces premiers championnats de France en ligne : Résultats 

L’Histoire retiendra que Marion Joffle a été la première championne de France d’Ice swimming (température de l’eau inférieure à 5°C, entre 5 et 10° on parle de nage hivernale) sur le 1000m en 14’06’’85, 6echrono mondial… Tout comme elle était devenue la première Française à boucler un 1000m d’Ice swimming dans une eau à 3,8°C (15’56’’). C’était à Veitsbronn (Allemagne), en janvier 2018. Mais qu’est-ce qui pousse cette jeune femme de 19 ans à nager en eau glacée ? « J’ai commencé par l’eau libre en 2011 avec des distances de 1000 puis 1500m avant de passer progressivement sur 25km. Mais je n’étais pas rassasiée », sourit la nageuse de l’EN Caen. Et doucement, le projet de traverser la Manche (septembre 2020) fait surface en 2017… « Pour la distance, je n’étais pas inquiète. J’ai déjà parcouru 70 km lors des 24h de natation. Ma préoccupation était le froid car la traversée s’effectue en maillot, avec comme seule possibilité pour se protéger d’utiliser de la graisse. »Son coach Philippe Fort (une traversé de la Manche à son actif) l’emmène donc nager en eau froide. Une révélation.

HUMILITE ET PARTAGE

Nage Libre

« J’étais plutôt à l’aise dans une eau à 10°. Alors Philippe m’a poussée à pratiquer l’Ice swimming. Honnêtement, je me suis demandée ce que j’allais faire dans cette galère. » (rires)
Après sa première expérience réussie à Veitsbronn, Marion récidive à Amsterdam dans une eau à 3,8° avec un 14’56’’ aux 1000m — « J’étais tellement heureuse. C’est là que j’ai su que l’Ice swimming serait ma discipline »

Marion enchaîne avec les championnats du monde en mars 2018, ponctués de deux médailles d’or (100m NL et 50 brasse), une en argent (25m brasse) et une en bronze (25m papillon) dans une eau à 0.2°C ! « On entre dans une autre dimension, les yeux pétillent. »

Désormais expérimentée, Marion Joffle connaît le danger de la discipline qu’il faut aborder « bien préparée et avec beaucoup d’humilité ».  A Veitsbronn en janvier 2019, elle s’est un peu fait peur avec un 1000 m dans une eau à 1,7°C. « Sur le deuxième 500… Ma vue a baissé, ma mâchoire s’est bloquée, j’avalais de l’eau… Une grande souffrance mêlée à beaucoup d’émotions et de bonheur à l’arrivée. » Des émotions qu’elle veut partager, avec sensibilité et sincérité. Marion nage d’ailleurs contre le cancer, récoltant des fonds au profit du service pédiatrique de l’Institut Curie.

« Enfant, j’ai perdu un doigt en raison d’un cancer des tissus mous. Quand je suis dans l’eau, quand je souffre, quand j’ai froid ou quand j’ai peur, c’est aux enfants malades que je pense. Alors j’y retourne car quand je nage, je me sens libre, je me sens vivante. Je veux leur apporter une lueur d’espoir. Même si c’est souvent difficile, on peut atteindre ses rêves. »

Soutenir la cagnotte de Marion Joffle au profit du service pédiatrique de l’Institut Curie