Jacques Tuset : Xtrem swimmer

Nage Libre® participe à l’organisation des premiers championnats de France de natation hivernale (Vichy du 1erau 3 février). Une belle occasion pour croiser Jacques Tuset, Xtrem swimmer.

© Alex Voyer

La nage est sa passion : « Nager, c’est la liberté, l’évasion. Nager en eau libre, la nage sauvage… On ne pense à rien d’autre, on fait corps avec l’eau et le paysage », explique celui qui entraine l’Aqualove de Montpellier, l’un des premiers clubs de sauvetage sportif en France. L’évasion, Jacques Tuset en a même fait sa marque de fabrique : Traversée de Paris à la nage, de la Manche, du Détroit de Gibraltar… Il s’amuse désormais à s’évader des prisons les plus célèbres — Alcatraz, Château d’If, Fort Boyard, Robben Island, Spike island — au profit de l’association France choroïdérémie qui récolte des fonds pour lutter contre cette maladie génétique dégénérative de l’œil. « Perdre la vue, c’est être enfermé. Mes évasions contribuent à ce que ces personnes atteintes de la choroïdérémie retrouvent la liberté de voir. M’évader est devenu un plaisir.» 

© Philippe Da Costa

En slip de bain et avec une simple paire de lunettes, Jacques Tuset n’use d’aucun artifice. Dans une nature parfois hostile, bravant les courants et les vents, les températures d’eau aussi, il nage…
« Comme aux sources de la pratique, celle de nos ancêtres. Mais nager aux côtés de dauphins, d’orques ou dauphins à bosse, c’est quelque chose !».

Les championnats de France de nage hivernale à Vichy les 1er, 2 et 3 février prochains.

ICE-SWIMMER

Référence nationale en Ice-swimming (eau inférieure à 5°. Quand l’eau est entre 5° et 10°, on parle de nage hivernale), Jacques Tuset était en tournage au mois de décembre au lac Chambon pour Nage Libre®.

« La nage hivernale est à la portée de tous mais il faut se préparer sérieusement car il s’agit de maîtriser les chocs thermiques et l’augmentation brutale du rythme cardiaque qu’ils génèrent. Après deux minutes dans l’eau (une sortie ne dure jamais plus de 20 minutes), les orteils et les mains sont à 12° là où le corps gère à 36°… L’adrénaline et les endorphines font le reste !»

A la sortie de l’eau, il faut ensuite affronter l’Afterdrop (phase de réchauffement du corps) avant de connaître un état de bienêtre absolu. « On grelotte, la mâchoire est bloquée… Mais après, c’est le pied. »