« L’océan me fascine »

Alors que Nage Libre® s’affiche aux championnats de France de natation qui ont lieu ce week-end à Montpellier, l’occasion était belle de faire un clin d’œil à Frédéric Eljaszewicz, vice-champion de France sur 200m dos en 2000… et aujourd’hui « Messager de l’eau Nage Libre® ».

2’04’76… C’est le chrono qui a permis à Frédéric Eljaszewicz, alors nageur à Chamalières, de monter sur le podium du 200 m dos des championnats de France de natation (bassin de 50 m), les premiers du XXIesiècle. « Un chrono à relativiser car c’était une autre natation à l’époque. Aujourd’hui, ça va plus vite », admet humblement celui qui est aujourd’hui professeur d’EPS à Gannat. Mais à 41 ans, Fred nage toujours, trois fois par semaine, pour le plaisir. « Depuis les interclubs 2017 avec Vichy, je ne nage plus en compétition mais la natation demeure un vrai plaisir. J’aime ça. Sans traumatisme pour le corps, je m’entretiens pour conserver la forme pour pratiquer ma passion du surf. »

Car on peut vivre en Auvergne, exceller en natation et se passionner pour la houle.
« L’océan est fascinant, magique. Et génère une certaine euphorie communicative, une envie de partage. » Dans des décors de carte postale, il écume les spots en sa Normandie natale, en Bretagne, en Gironde, au Pays basque, en Galice, sur la côte portugaise et cet automne en aux Philippines. « Un voyage pour le surf, l’amitié, les rencontres… »

LA FATIGUE DE L’EAU

Si Frédéric Eljaszewicz aime tant cet élément, c’est pour les sensations que l’eau procure. « Elle rassemble les nageurs lors des entraînements… Elle incarne une dimension physique aussi. Il y a une sensation difficile à décrire : la fatigue de l’eau. Je retrouve cela en surf : puissance, humilité, glisse et fun ! C’est presque addictif.»

Fred aime sa liberté — « dans l’eau, les contraintes s’envolent » — et rêve de découvrir l’Australie. Pas seulement pour ses vagues. Pour son peuple aussi, si proche de l’océan..